25 octobre 2011

Fol... Pétillant... Galant XVIIIème siècle !

Ce joli siècle évoque sans peine la frivolité, la galanterie et surtout la fragilité d'une société désormais disparue...

Quelques oeuvres littéraires illustrent fort bien ce temps-là, on s' y plonge sans peine...

A_de_Tilly

Les Mémoires du Comte Alexandre de Tilly.

Alexandre de Tilly, dans ses mémoires, nous offre une intéressante vision de la société aristocratique du XVIIIème siècle...
Une société qui court vers son déclin dans le tourbillon des fastes de Versailles, dans la multiplication des galanteries amoureuses.
L'auteur nous entraîne dans le sillage de la Reine Marie-Antoinette et de sa coterie et il devine déjà les prémices de la Révolution Française.

Non seulement, le Comte de Tilly nous dépeint la Cour de Versailles mais également Paris et son peuple déjà grondant.
Il n'hésite non plus à nous relater ses aventures galantes parfois fâcheuses.

Son écriture est le principal charme de ses Mémoires : son langage est subtil avec des mots spirituels et méchants...
Au fil des pages, la verve littéraire ne se dément pas et on se fond facilement dans les intrigues de cet homme frivole et libertin...
Ce qui m'a plu chez Tilly, c'est son côté voyou dans un habit de soie... Et son esprit très « XVIIIème siècle décadent ».
Il m'agaçe assez souvent mais il est attachant...

Malgré cette verve littéraire, ces piques savoureuses, c'était un homme amer et désenchanté qui se suicida.

 

 

les_SonnettesLe délicieux « Les Sonnettes » de Guillard de Servigné

Ah ! L'Amour, ses subtilités, ses préliminaires et ses multiples détours...

C'est ce que nous apprend « les Sonnettes » en nous narrant ainsi l'éducation sentimentale et érotique d'un jeune et trop innocent Marquis.

Ce charmant Marquis découvre l'amour et ses différents plaisirs en s'encanaillant dans le château d'un vieux duc libertin (personnage inspiré du très célèbre Duc de Richelieu, authentique et incorrigible trousseur de jupons qui vécut au XVIIIème siècle).

Voyeurisme et indiscrétions se mêlent subtilement à l'initiation galante du Marquis grâce à un système conçu par son hôte, un  vieux duc. Les lits de ses invités étaient équipés de sonnettes (des clochettes plutôt) qui révélaient ainsi leurs performances amoureuses et exaltaient alors l'imagination de ce fripon duc !

Les amours du jeune Marquis lui ont permis de distinguer le simple désir du véritable amour...
C'est la morale de ces Sonnettes, l'apprentissage amoureuse aboutit à une connaissance plus profonde de l'amour en lui-même. Sentiment et plaisirs de la chair diffèrent quand on partage le lit de plusieurs femmes...
C'est ainsi qu'il retourna dans son foyer familial, le coeur battant d'un amour sincère pour une jeune demoiselle qu'il avait connue avant son “éducation”.

Posté par Petite Marquise à 18:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


Commentaires sur Fol... Pétillant... Galant XVIIIème siècle !

Nouveau commentaire