Pucelle OrléansEn cette année 2012, nous fêtons le 600ème anniversaire de la naissance de Jeanne d’Arc, cette Pucelle qui « bouta les Anglais hors de France ».

Les Editions Bénévent m’ont gracieusement offert un exemplaire d’un ouvrage paru récemment : « J’ai nom Jeanne la Pucelle, journal d’une courte vie » suivi de « Pour un profil apuré et incarné ».

L’auteur, Alain Vauge, retrace l’épopée johannique en respectant la chronologie des hauts et des petits faits qui émaillèrent la vie de la Pucelle. En effet, l’histoire de Jeanne d’Arc ne se résume pas seulement à ces quelques scènes célèbres comme la rencontre du Dauphin de France à Chinon ou la délivrance de la ville d’Orléans.

Jeanne d’Arc, c’est aussi la longue chevauchée entre les bords de la Loire et Orléans ; Paris et les différents faits d’armes en ces temps troublés de guerre.

C’est aussi l’histoire d’une jeune femme charismatique, à la personnalité aussi forte que déroutante. L’auteur nous offre une nouvelle facette de ce personnage, une facette totalement différente de ces archétypes et stéréotypes que nous ont laissé l’Histoire de France et les traditions populaires.

Les points forts de cet ouvrage sont les nombreux témoignages des contemporains de la Pucelle : ses camarades d’enfance, ses compagnons de route et ceux qui l’ont hébergé, au gré de ses pérégrinations. De plus, une grande partie du livre est consacrée au procès de Jeanne d’Arc, la lecture reste divertissante car émaillée de nombreux échanges verbaux entre l’évêque Cauchon et la Pucelle. Ces échanges verbaux soulignent la vivacité et la perspicacité de Jeanne d’Arc.

L’autre intérêt de cet ouvrage, c’est qu’il présente un réel travail de recherche sur le contexte de l’époque, sur la société médiévale dans laquelle a évolué Jeanne d’Arc. Cette analyse est aussi pertinente que succincte, ce qui permet au lecteur de comprendre combien cette mentalité médiévale est si différente de la nôtre. Alain Vauge complète cette analyse avec une brève présentation de quelques grands personnages français et anglais, hommes politiques ou hommes de guerre. L’annexe du livre apporte aussi quelques notes complémentaires permettant une meilleure compréhension sur ce que fut la terrible Guerre de Cent Ans.

Enfin, la seconde partie du livre qui est intitulée « Pour un profil apuré et incarné » tente de dresser un profil psychologique de Jeanne d’Arc et de faire différencier la légende johannique des réalités. J'ai trouvé cette analyse très pertinente et pourtant, il s'agit d'un travail difficile puisque le mystère des voix entendues par Jeanne d'Arc resterait une énigme...

L’auteur a été clair dès le début : il souhaite débarrasser Jeanne d’Arc de sa légende merveilleuse, c’est pourquoi il n’y a pas d’iconographie classique dans cet ouvrage afin de renforcer sa volonté d’exposer les réalités objectives. C’est permettre ainsi au lecteur de brosser son propre portrait de Jeanne d’Arc.

Par la même occasion, l’auteur souhaite développer la neutralité de notre jugement pour le déroulement et l’examen des différents faits et des événements historiques autour de la personne de Jeanne d’Arc. Pour cela, Alain Vauge persiste à souligner que le patriotisme médiéval n’existait pas à cette époque et qu’il faut extrapoler notre regard ailleurs : quelles étaient les motivations de Jeanne d’Arc ? Qu’en ont-ils pensé, ceux qui étaient en face, ces Anglais et ces Bourguignons ? Comment faut-il comprendre le contexte politique et religieux de cette période ?

Pour conclure, je recommande cet ouvrage aux lecteurs curieux de découvrir l’histoire de la Pucelle d’Orléans de manière la plus complète que possible. Ce livre mérite d’avoir une bonne place parmi les ouvrages qui sortent ou qui sortiront en cette date anniversaire.

Et encore merci à Alain Vauge et aux Editions Bénévent pour m'avoir fait découvrir cet ouvrage très intéressant !

Edit de 22h19 : je vous laisse ci-dessous un lien vers le site "Histoire pour tous" qui a également une excellente critique de l'ouvrage : http://www.histoire-pour-tous.fr/livres/67-essais/4100-jai-nom-jeanne-la-pucelle-journal-dune-courte-vie.html